Compte-rendu de l’assemblée générale de TSF du 19 novembre 2016.

Assemblée générale ordinaire de Terre sans Frontière

Restaurant Mülhwasser à Nordhouse

19 novembre 2016

 

Ouverture de la séance à 17h15

Les six membres sortants cette année sont :

Joseph Burckel – Geneviève David – François Finck – Paul Helbert – Thierry – Laurence Zeiter

Laurence Zeiter ne se représente pas.

Excusés : Cristina et Michel Cambas

I.                  Rapport d’activités 2015 / 2016 (par André Sprauel)

 Merci à tous d’être là pour nous aider à poursuivre notre aventure.

Notre frêle esquif a vaillamment franchi une nouvelle année. Comme au Vendée Globe, nous avons l’impression de mettre de moins en moins de temps pour faire le tour.

Ce ne sont pourtant pas les occupations qui manquent.

Que soient doublement remercié(e)s :

– nos bricoleuses, nos pâtissiers, nos artistes qui, chez eux à Heiligenstein ou à Hipsheim les lundis après-midi, ont œuvré à la réalisation d’objets à décorer ou à déguster.

– les musiciens et les choristes qui s’investissent régulièrement dans des concerts.

– celles et ceux qui ont assuré les permanences des ventes et de salons de thé lors des marchés de Noël à Hipsheim et à Obernai, à la fête des fleurs des 23 et 24 avril 2016, à la Saint Ludan le 28 août, à la brocante le 11 septembre, à notre vente de pommes, de poires et de chrysanthèmes des 22 et 23 octobre.

Une pensée pour notre fidèle Riquette Scheeg qui nous a quittés le 1er novembre.

– nos techniciens et nos techniciennes qui ont installé l’enclos des sapins (et ceux qui les ont conditionnés pour les vendre aussi), qui ont aménagé les stands d’Obernai et de Hipsheim, qui ont permis l’approvisionnement et l’étiquetage des fleurs, puis qui ont débarrassé les stands.

– ceux qui ont assuré la réussite de la St Nicolas l’an passé

– Stéphane Horand qui continue à veiller à la continuité de notre présence sur la toile.

N’oublions pas les membres du CA qui se sont réunis entre 5 et 10 fois depuis la dernière assemblée générale et tout particulièrement Joseph, notre trésorier, Lucienne, notre rédactrice en chef de Axes, nos secrétaires : Michèle et Isabelle, et Alain dont les nombreuses « interventions exceptionnelles » nous ont plus d’une fois tirés d’affaire.

Depuis le 21 novembre 2015 nous avons été présents :

 En Europe

Notre brocante a été une fois encore consacrée au centre d’accueil et de réinsertion d’enfants au centre de Tîrgu-Jiu en Roumanie. Notre interface là-bas est l’association Nos enfants d’Ailleurs. (site: http://www.riedseltz.fr/association-Nos%20enfants%20d’ailleurs ). Ce dossier se clôt cette année, l’aide à Nos enfants d’Ailleurs ayant perdu au fil des ans son caractère d’urgence ; notre brocante étant devenue par ailleurs trop difficile à gérer.

Notre action la plus importante reste bien sûr l’aide apportée aux détresses locales, en générale ponctuelle, en vue de débloquer dans notre environnement, des situations désespérées :

– elle a touché des individus: absorption du découvert d’une mère de famille, aide alimentaire, inscriptions d’enfants défavorisés à des activités sportives, frais de cantine, achat de mobilier, régularisation de factures d’énergie, de dettes au Trésor Public, de loyers, de cotisations d’assurance habitation, écolage, réparation de voiture…

Soutien à des parents cherchant à financer l’autonomie de leur fille handicapée.

– elle est également venue en renfort de partenaires œuvrant au niveau local. Nos garants dans ce domaine restent des travailleurs sociaux (merci en particulier à Madame Yasmina Nassouh), ou d’autres personnes de confiance qui nous soumettent régulièrement des situations où nous espérons pouvoir « mettre debout » des personnes démunies: en particulier au sein de conseils de solidarité comme celui d’Erstein, la mission d’action sociale de proximité de Saverne, de l’Union Départementale des Associations familiales du Bas Rhin (UDAF), mais aussi du collectif CASAS qui travaille en direction des solliciteurs d’asile (casastrasbourg@wanadoo.fr).

Ces actions sont possibles grâce à vos dons et grâce à nos stands d’Obernai, de Hipsheim; à notre opération Donnons un coeur à Noël qui résiste vaillamment malgré une certaine usure (merci entre autres à Michèle, à François) à notre vente de sapins (merci particulier à André Horvat qui coordonne cette lourde activité) et, enfin à notre vente de couronnes de l’Avent qui ont été tressées la semaine dernière et sont décorées cette semaine.

En Afrique

A Bangui, en Centrafrique

nous avons continué d’aider les Petites sœurs du Cœur de Jésus dans leur beau projet de lutte contre la malnutrition des enfants par la culture de spiruline.

Au Burkina Faso

– nous avons permis l’ajout d’une sixième classe à l’école de Dassempoughin, gérée par l’association L’École pour Tous.

– nous avons contribué à la réalisation d’un château d’eau à pompe solaire à Tigandogo près de Ouagadougou. Cette réalisation met un point d’orgue à 15 ans d’engagement de l’association Amitié sans Frontière aux côtés, sur place, d’Alain Tibila Compaoré. Nous avons consacré à cette action notre fête des Fleurs des 23-24 avril derniers ainsi que notre concert du 11 novembre

En Guinée à Konakry, nous avons continué à seconder l’ Association Képhas Colombe et le Père Etienne Stirnemann qui accueillent les enfants des rues.

Lors d’une rencontre à Strasbourg fin août, le Père Etienne a su nous convaincre bilan financier et photos à l’appui, du caractère réellement enthousiasmant de son œuvre là-bas. Nous avons en particulier contribué au financement d’un atelier de couture.

A Madagascar nous avons décidé de seconder l’association Wozama par le parrainage pendant un an de 10 écoles (postes d’alphabétisation) dans la région de Fiananrantsoa. Ce type d’action donne un élan nouveau et original au chantier « parrainages » qui était un peu en sommeil.

Au Sénégal à M’Balakhate nous avons contribué à poursuivre la réalisation de l’école en partenariat avec l’association Du sapin au Baobab en finançant la peinture des salles de classe.

Au Togo: nous finançons la construction d’un puits à Gadjamé aux côtés des jeunes gens de l’association ACPAHU  qui ont décidé de s’engager sur ce projet entre autres.

En Asie 

Aux Philippines :

A Boljoon :

Nous poursuivons notre aide au projet d’accompagnement scolaire et de jardin coopératif: ACTFREE FARMER’S ASSOCIATION. (leur page Facebook)

Les terrains sont cultivés. De l’élevage de volailles et de cochons s’est ajouté aux cultures. Une cinquantaine de familles y travaille. Ricardo Venan ne cesse de chercher à développer les méthodes de plantation et d’irrigation.

Laurence Zeiter est en contact quasi permanent avec Ricardo et veille à une utilisation rigoureuse des fonds envoyés (environ 2000€ par trimestre).

Il a touché environ 450€ par trimestre de subventions locales

(S’il nous reste assez de temps en fin d’AG, nous vous proposerons de visionner un diaporama consacré au travail de Ricardo).

A Mandaue :

L’installation d’une section d’apprentissage spécialisée, et en particulier d’une machine à imprimer des bâches et des toiles de tente armées se poursuit lentement. Delia Minoza nous fait parvenir peu à peu des justificatifs des dépenses réalisées.

Le 10 novembre de cette année, Monsieur Jean-Claude COTTET-MOINE, PDG retraité de l’entreprise Capi France s’est rendu aux Philippines pour un séjour de 8 mois au cours duquel il compte passer à Mandaue et à Boljoon.

Au Népal :

Nous poursuivons notre collaboration avec Écoliers du Toit du Monde et Aurore Archetti-Lefrançois en particulier sous la forme du financement de l’agrandissement des locaux scolaires (rajout d’un étage) et de l’acquisition de fournitures et construction d’une charpente.

Au Bangladesh, à Dhaka: nous avons secondé EEDM pour assurer le redémarrage à la rentrée d’un l’école dans le slum de Sayeedabad.

En Amérique

Au Brésil :

à Rio, nous aidons mensuellement l’association Casa d’Arvore dont Cristina Cambas a rencontré les membres sur place. Ils organisent deux fois par mois des permanences d’accueil social dans la nouvelle « Salle de l’Espoir » qui leur a été octroyée. (Merci Cristina)

En Haïti,

– sur les hauteurs de Port au Prince nous poursuivons notre soutien au Foyer de la Providence, un foyer pour enfants abandonnés, sous la responsabilité de Francis Turnier, neveu de Soeur Thérèse et président de l’association ALRAFEX qui, avec un groupe de religieux continue l’œuvre de la tante de Francis. Par bonheur, dans la zone où le foyer se situe les ravages de Mathew ont été moins destructeurs qu’ailleurs même si les conditions de vie sont devenues beaucoup plus difficiles sur l’ensemble de l’île.

– nous venons de décider de nous associer à une aide urgente aux victimes de l’ouragan Mathew dans les zones du sud de l’île où intervient l’association amie EEDM à Cailles, Béraud, Jérémie et L’Asile.

Au Mexique,

– à Oaxaca: le soutien à la Sierra et aux étudiants indiens et leurs familles se poursuit malgré les difficultés liées à la situation chaotique du pays.

– auprès des Indiens du Chipias, nous soutenons l’association Maya Solidarité pour la construction d’un jardin d’enfants.

En Bolivie, nous avons apporté un nouveau soutien ponctuel à l’association Machak Wayra pour la construction d’une serre semi-souterraine.

Au Moyen-Orient

Nous avons accordé une aide ponctuelle à l’association Alsace-Syrie pour la finalisation de l’envoi d’un container d’aide humanitaire aux civils victimes de la guerre contenant en particulier de la nourriture et des médicaments pour bébés.

Livres du Pope.

Le reliquat des livres du Pope a été donné au couvent de l’Oelenberg le 5 août. Ils ont été proposés à la vente en octobre pour la rénovation du couvent.

La collection d’icônes du Pope a suivi le même chemin et fera probablement l’objet d’une exposition chez les trappistes.

Il ne nous reste plus que deux ouvrages d’exception : un Missale romanum de 1752 et des Sourates du Coran en arabe dans une édition très ancienne pour lesquels nous attendons de trouver preneur.

Vous voyez donc que notre association a gardé son cap. Elle continuera d’autant plus sûrement que nous saurons rester mobilisés, confiants et créatifs.

Nous n’avons pas failli à la tradition de notre sortie conviviale qui a pu se dérouler à La Vancelle et au château du Frankenbourg le 19 juin sous la houlette d’Arnold Kientzler et dont vous trouverez la chronique et quelques images sur notre site.

Merci pour votre attention, parole au trésorier pour la traduction financière de toute cette activité.

II.               Rapport financier (par Joseph Burckel)

 Comptabilité du 1/07/2015 au 30/06/2016

– Recettes :      133 695,50 €

– Dépenses :    106 014,90 €

– Excédent :    27 680,60 €

Quelques remarques :

Des recettes moins importantes cette année, car nous n’avons plus les dons de Capi France.

Mais nous avons reçu 15 429 € des assurances-vie du Pope.

Pas de baisse significative des dons.

De nombreux messages d’encouragements et des mots sympathiques nous parviennent.

Des dépenses en baisse, notamment aux Philippines.

Détail des dépenses:

Bilan01
Bilan02

Bilan03

Les plus gros postes sont les aides et les soutiens.

Répartition des aides

–           Détresses locales : 17 000 €

Nous allons de plus en plus participer aux conseils de solidarité

–          Partenariat avec d’autres associations : 10 000  €

Bilan04
 

Détail des recettes:

Bilan05
Bilan06
Bilan07

Bilan08

Questions – remarques – suggestions :

– François Finck : souligne le sérieux des conseils de solidarité auxquels participent quatre associations

– Elisabeth Dehon (au conseil municipal d’Obernai): souligne aussi l’importance de ces conseils de solidarité au niveau de l’aide apportée aux personnes. A Obernai, des personnes sont aussi dirigées vers l’épicerie solidaire.

– Joseph Fullsack : Quel  rapport entre les actions de solidarité et la totalité des aides ?

– Réponse de Joseph : 25 % des sommes versées le sont pour les détresses locales.

III.           Rapport moral    (par André Sprauel)

 Terre sans Frontière évolue.

De son vivant, le Pope était pour nous un référent plus ou moins explicite.

Aujourd’hui, s’il reste notre référence et notre source d’inspiration, nous prenons les décisions en engageant notre propre responsabilité.

Nos interventions en direction des détresses locales fournissent un bon exemple:

– afin de ne pas risquer de manquer de pertinence, nous nous appuyons de plus en plus sur les structures sociales en place ; nous préférons nous associer à des organisations compétentes œuvrant dans une direction analogue à la nôtre comme les Restos du Cœur, la Conférence St Vincent de Paul, la Croix Rouge, le Secours Populaire au sein d’un Conseil de solidarité comme celui d’Erstein. Nous orientons de préférence les demandeurs, de plus en plus nombreux en l’occurrence, au minimum vers un bilan social standard.

– après avoir participé à des actions collectives d’aide à des personnes handicapées (financement d’un bras artificiel, construction d’une maison adaptée pour une jeune fille), nous avons dû décliner des demandes qui tendaient à se multiplier et renvoyer les demandeurs vers des organismes de soutien davantage spécialisés.

– notre soutien à CASAS (Collectif d’Accueil pour les Solliciteurs d’Asile à Strasbourg) nous permet de ne pas rester indifférents au sort des nombreux étrangers en détresse ces temps-ci.

Lorsque nous intervenons au loin, nous préférons également que les cas qui nous sont soumis soient médiatisés par des organisations ou des personnes fiables sur place : pour répondre à un appel concernant une jeune fille en détresse à Haïti, nous essayons de trouver ce type de solution plutôt que de verser des subsides à une de ses tantes que nous ne connaissons pas.

Là encore nous nous appuyons souvent sur des associations amies pour garantir le suivi de l’utilisation des fonds comme cela a été le cas avec Amitié sans Frontière au Burkina. Ou en tout cas sur des garants sur place comme au Brésil, en Haïti, aux Philippines ou au Tibet.

Nous devons rester prudents.

C’est la raison pour laquelle j’ai dans un premier temps répondu que TSF ne pouvait intervenir dans des opérations d’urgence telles que des séismes ou d’autres catastrophes naturelles mais que depuis, un appel adressé par Enfants Espoir du Monde nous a fourni l’occasion d’aider à la reconstruction de centres de formation dans le sud de Haïti.

Ayons ici une pensée pour Denise Borni, secrétaire d’EEDM, dont le mari, Jean-Louis nous a brutalement quittés le 11 novembre dernier.

En terme d’engagement nous préférons ne pas multiplier les projets inscrits dans la durée comme c’est le cas aux Philippines, au Brésil, au Mexique de crainte de devoir brutalement interrompre notre aide si nos capacités financières venaient à se tarir. Ainsi nous privilégions les réalisations ponctuelles par rapport à des subventions régulières ou des aides salariales.

En effet, nous avons reçu de nombreux encouragements à continuer de faire vivre Terre sans Frontière mais nous avons vu aussi des donateurs de longue date nous quitter.

Par ailleurs, même si la jeunesse retrouve parfois le chemin de notre association par des entrées inattendues comme la construction d’un puits au Togo chapeautée par ACPAHU, il faut admettre que les piliers de notre association ne rajeunissent pas.

Même l’orientation morale de nos décisions peut être mise à l’épreuve comme c’était le cas face à une demande des Sœurs de la Divine Providence en faveur des Petites Sœurs du Cœur de Jésus à Bangui en Centrafrique : nous avons préféré nous investir dans le développement d’un projet nutritionnel autour de la spiruline et de l’alimentation des enfants plutôt que dans la formation des petites sœurs elles-mêmes comme on nous le proposait au départ.

Toutes nos décisions sont dictées à la fois par notre projet de « Mettre l’Homme debout », notre souci de garantir la pertinence et l’efficacité de notre aide, sans perdre une certaine réactivité et assez de souplesse face aux lourdeurs des institutions.

Tout cela ne nous dispense pas de communiquer, à travers Axes, à travers notre site, à travers les media, à travers nos ventes de printemps, d’automne, de Noël; à travers notre concert et… notre assemblée générale.C’est sans doute dans ce champ-là que nous avons le plus de progrès à réaliser.

Puissions-nous longtemps encore être nombreux à mobiliser nos forces, notre imagination et notre énergie dans cette voie !

Questions – remarques – suggestions :

– Agnès Burckel  intervient pour dire qu’une personne devrait être formée pour succéder un jour à Joseph.  Que deviendrait l’association sans trésorier ?

– Comment intervenir en Syrie ? Il est difficile en tant qu’association d’apporter une aide à « Alsace-Syrie ». Il vaut mieux s’engager personnellement si on le souhaite.

– Où apporter des lunettes ?  A l’association « Lunettes sans frontière » à Hirsingue

– Peut-on aider  « Ma Maison » (structure d’accueil de personnes âgées) à Koenigshoffen ? Nous allons nous pencher sur la question.

– Il faudrait que quelqu’un de Terre sans Frontière participe au conseil de solidarité d’Obernai.

IV.           Rapport des réviseurs aux comptes (exposé par Horvat)

 André Horvat  (qui remplace Philippe Gorvan) et Patrick Weniger soulignent qu’un grand travail de vérification a été fait.

Ils ont constaté que l’ensemble est remarquablement bien tenu. Ils proposent de donner quitus au trésorier et une salve d’applaudissements.

Nomination des réviseurs aux comptes pour l’an prochain :

Liliane Blum et André Horvat se proposent (Liliane sur proposition de son époux Jean-Paul)

V.               Vote des rapports et proposition du nouveau Conseil d’administration

 Rapport d’activité : adopté à  l’unanimité moins une abstention

Rapport financier : adopté à  l’unanimité des présents

 Vote du nouveau Conseil d’administration :

Cinq des six membres sortants se représentent, ce qui en l’absence de nouveaux candidats porte notre CA à dix-sept membres: vote à l’unanimité.

Procès-verbal du compte rendu de la précédente assemblée générale adopté à l’unanimité.

 

VI.           Divers

 – Projection de photos de Boljoon aux Philippines, envoyées par Ricardo Venan

– Astrid Koenig assure une vente d’objets de Noël pour Terre sans Frontière lundi 21 novembre au Crédit Mutuel à  Strasbourg. Merci à elle.

Clôture de l’Assemblée Générale à 19h00

 André Sprauel                             Michèle Lienhart

                                                               Président                                       Secrétaire

 

 

ENTRE LES GOUTTES

Ils n’ont pas manqué de toupet, les dix téméraires qui ont osé défier la couverture nuageuse de La Vancelle le 19 juin 2016, à la fin de la semaine de déluge qui venait d’arroser l’Alsace.

Bien leur en a pris.

Même s’ils ont douté parfois de se trouver à la veille de l’été seules trois à quatre gouttes les ont menacés du côté de midi, histoire de mieux souligner la chance qu’ils ont eue.

Du coup, Arnold, leur vénéré guide a pu leur révéler où se trouvaient les deux murs païens et une antique citerne avant de leur faire toucher du bout de son bâton de sourcier toutes les subtilités du château du Frankenbourg.

Les pierres à bosse, les estampilles de tailleurs, les techniques de construction, les couleuvrines, l’organisation de la vie de château, le fonctionnement et l’importance d’une citerne à filtre, le système d’accès au donjon (qui n’est pas celui qu’on croit!) mais aussi le rôle et l’intérêt économique et militaire dudit château n’ont désormais plus de secret pour eux.

Cela méritait bien un casse-croûte lors duquel leur deuxième guide, Paul, a généreusement partagé son Côtes de Blaye pour mieux les préparer à la découverte de la Roche aux Fées (« aux sorcières », en allemand), site magique et impressionnant de mystère et de majesté. Énigmatique aussi puisqu’une boîte de « geocashing » les attendait au creux d’une grotte.

Ils seraient bien restés là-haut mais le restaurant Elisabeth les attendait à 19 heures. Il leur a fallu deux bonnes heures, la tête au sec mais les pieds dans le ruisseau qui imbibait le chemin pour atteindre leur récompense et calmer leur faim.

Les genoux de Gaby et de Marylène, notre héroïque doyenne, que nous félicitons pour leur remarquable quoique douloureuse performance, peuvent vous dire que ça n’a pas été une mince affaire.

Mais tous vous diront qu’en somme la journée fut plutôt riche et réussie.

Un grand merci à Arnold et à Paul de nous l’avoir fait vivre avec tant de conviction et aussi à celui qui a dû « nous arranger le coup » avec les anges tutélaires de la météo, qui en tout cas, était bien présent dans nos cœurs et nos conversations, à Pope donc qui continue à nous réunir et à nous accompagner comme il le fait depuis si longtemps.

Assemblée générale de Terre sans Frontière 21 novembre 2015

Assemblée générale ordinaire de Terre sans Frontière

Restaurant Mulhwasser à Nordhouse

21 novembre 2015

 

Ouverture de la séance à 17h15

Les quatre membres sortants cette année sont : Cristina Cambas – Lucienne Ketterlin – Alain Riess – Eliane Zurcher

Nouveaux candidats: Michel Cambas, Gabriel Osswald

Les sortants se représentent tous. Deux sièges sont à pourvoir.

  1. I.                  Rapport moral (par André Sprauel)

Le moment que nous redoutions tous est arrivé. Terre sans Frontière se retrouve orpheline de son créateur. Nombreux ont été les vœux d’encouragement à ne pas nous arrêter.

Notre rapport d’activité nous montre que jusqu’ici cela n’a pas été le cas.

Notre rapport financier révèle que nous avons tenu nos principaux engagements.

Nous avons même lieu de penser que nous pourrions les tenir encore un moment. La secousse n’en est pas moins redoutable. La parole du Pope était une et jouissait d’un crédit dont aucun(e) d’entre nous ne peut se prévaloir.

Nous avons donc la lourde mais passionnante responsabilité de nous doter d’une parole collective qui reste fidèle aux finalités de notre association. Nous devons pour cela :

  • réfléchir à la manière dont nous accordons notre aide afin d’aider à « mettre l’homme debout » c’est -à-dire éviter de rendre les personnes dépendantes, préférer les nouveaux départ à l’assistanat. Rester clairvoyants et pertinents. Rien n’est moins simple. D’où notre recherche de partenaires ayant de l’expérience en la matière comme les travailleurs sociaux ou les associations travaillant depuis longtemps sur ce terrain: Caritas, Conférences St Vincent, CASAS par exemple. D’où la nécessité de faire fonctionner au mieux la décision collective et l’échange.
  • nous assurer d’une utilisation transparente des dons que vous nous confiez en garantissant au mieux la fiabilité de nos relais soit par une présence et une vérification « sur place », soit par une interface suffisamment fiable. Là encore, le risque n’est jamais totalement absent. Il est d’autant plus souhaitable que nous soyons nombreux à mobiliser notre temps et notre réflexion. En ce sens chaque minute accordée à l’imagination, à l’initiative, à l’engagement concret dans le fonctionnement de notre association est précieuse.

Voici ce que le Pope nous dirait s’il était encore parmi nous:
« Ce n’est que dans une volonté profonde d’avancer que chacun de nous, que chaque association, que tout groupe, trouve sa richesse et son enthousiasme. C’est un voyage sans fin, avec une liberté au-delà de ce que tous les mots peuvent dire, une pressante passion de ne pas rester sur place. Parfois, on est prisonnier d’habitudes et de forteresses de routines, mais il y a dans la manière d’avancer une liberté, une volonté qui échappe à tous les rêves et toutes les paroles.

Ensemble, agissant, rassemblés, nous ne marchons pas seuls. Nous risquons librement et volontairement nos pas à la suite de ceux qui ont sillonné la terre des hommes au long des temps et se sont engagés pour une terre sans frontière. Avancer ensemble, avec courage, avec simplicité et une passion des autres neuve et désintéressée, avec patience et discernement, est une aventure et un défi à la pesanteur ».

C’est en tout cas ce qu’il nous a dit dans son éditorial de Axes il y a trois ans.

La parole est à la salle.

  1. II.               Rapport d’activités 2014 / 2015 (par André Sprauel)

Cette année, malgré la tourmente la plus éprouvante de l’existence de notre association, notre frêle esquif n’a pas sombré. Grâce aux convictions, aux marques de soutien et surtout à l’engagement fidèle des uns et des autres.

Que soient doublement remercié(e)s donc :

– nos bricoleuses, nos pâtissiers, nos artistes qui, chez eux à Heiligenstein ou à Hipsheim les lundis après-midi, ont œuvré à la réalisation d’objets à décorer ou à déguster.

– les musiciens et les choristes qui s’investissent régulièrement dans des concerts.

– celles et ceux qui ont assuré les permanences des ventes et de salons de thé lors des marchés de Noël à Hipsheim et à Obernai, à la fête des fleurs des 24 et 25 avril 2015, à la Saint Ludan le 30 août, à la brocante le 13 septembre.

– nos techniciens et nos techniciennes qui ont installé l’enclos des sapins (à ceux qui les ont conditionnés pour les vendre aussi), qui ont aménagé les stands d’Obernai et de Hipsheim, qui ont permis l’approvisionnement et l’étiquetage des fleurs, puis qui les ont débarrassés.

– ceux qui ont assuré la réussite de la St Nicolas l’an passé.

– Stéphane Horand qui continue à veiller à la continuité de notre présence sur la toile.

N’oublions pas les membres du CA qui se sont réunis entre cinq et dix fois depuis la dernière assemblée générale et tout particulièrement Joseph, notre trésorier, Lucienne, notre rédactrice en chef de Axes, nos secrétaires : Michèle et Isabelle.

Depuis le 25 octobre 2014, nous avons assuré la continuité de la plupart de nos chantiers.

En Europe :
Notre brocante est traditionnellement consacrée au centre d’accueil et de réinsertion d’enfants au centre de Tîrgu-Jiu en Roumanie. Notre interface là-bas est l’association Nos enfants d’Ailleurs.

(site: http://www.riedseltz.fr/association-Nos-enfants d’ailleurs)

Notre action la plus importante reste bien sûr l’aide apportée aux détresses locales, en générale ponctuelle, en vue de débloquer dans notre entourage des situations désespérées :

elle a touché des individus : absorption du découvert d’une mère de famille, aide alimentaire, inscriptions d’enfants défavorisés à des activités sportives, frais de cantine, financement d’une orthodontie, achat de matelas, régularisation d’une facture de fuel, d’une dette au Trésor Public, d’une cotisation assurance habitation.

Soutien scolaire d’un étudiant, achat d’un ordinateur d’occasion.

Co-financement de la pose d’une prothèse d’un bras.

elle est également venue en renfort de partenaires œuvrant au niveau local : la Conférence Saint Vincent de Paul à Erstein, le collectif CASAS qui travaille en direction des solliciteurs d’asile (casastrasbourg@wanadoo.fr).

Ces actions sont possibles grâce à vos dons mais aussi grâce à nos stands d’Obernai, de Hipsheim ; à notre opération Donnons un coeur à Noël qui résiste vaillamment malgré une certaine usure (merci entre autres à Michèle, à François) à notre vente de sapins (merci particulier à André Horvat qui coordonne cette lourde activité) et, enfin, à notre vente de couronnes de l’Avent.

Nos garants dans ce domaine restent des travailleurs sociaux (merci en particulier à Madame Yasmina Nassouh), ou d’autres personnes de confiance qui nous soumettent régulièrement des situations où nous espérons pouvoir « mettre debout » des personnes démunies.

Questions – remarques :

Paulette Helbert : si une personne ne veut pas voir une assistante sociale et a besoin d’aide ou d’un coup de pouce, comment faire ?
Réponse d’André Sprauel : l’interface serait dans ce cas celui d’entre nous qui fait la demande (comme un travailleur social). C’est au cas par cas que nous décidons.
Nous préférons des aides ponctuelles. Nous allons nous tourner vers les Conseils de Solidarité.

Réponse de Lucienne Ketterlin : Il faut bien évaluer la situation de départ.
Ce n’est pas à nous d’intervenir non plus à la place des CCAS (Centres Communaux d’Action sociale).

En Afrique :
A Bangui, en Centrafrique

– Nous avons aidé les Petites sœurs du Cœur de Jésus qui ont initié un beau projet de lutte contre la malnutrition des enfants par la culture de spiruline.

– Nous avons également soutenu Monseigneur Aguirre par le biais de Geneviève Boisserie grâce à notre petit stand de la Saint Ludan.

– Nous avons en particulier commencé à financer le parrainage de trois lycéens de Bangui préalablement soutenus par des personnes de la paroisse St Ignace de Neudorf et qui n’étaient plus en mesure de continuer.

A Konakry, en Guinée nous avons pu seconder l’ Association Képhas Colombe et le Père Etienne Stirnemann qui accueillent les enfants de rues en particulier grâce à notre vente de fruits et de fleurs d’automne en octobre 2014.

Cette opération a pu se réaliser malgré la nécessité de changer de fournisseur, l’habituel ayant dû déposer son bilan.

Au Sénégal:
A Gandigal, nous nous sommes engagés auprès des Filles de Notre-Dame du Sacré-Cœur pour concourir au développement d’une maternité par l’ acquisition d’une ambulance.

A M’Balakhate, nous avons contribué à la réalisation de l’école en partenariat avec l’association Du sapin au Baobab.

– A part un cas, les parrainages dans ce pays ont été interrompus et redirigés vers d’autres actions comme le financement de l’ambulance ou vers d’autres pays comme la Colombie.

Au Togo, la plupart des parrainages ont cessé au vu de l’âge des filleuls; certains pourraient reprendre si la Soeur Josée Bringel nous fournit des coordonnées assez précises mais nous prévoyons également de la solliciter pour nous aiguiller vers des projets plus généraux.

Nous avons maintenons également nos liens avec l’Égypte et une association qui intervient dans les bidonvilles d’Assouan grâce au père Rossi.

Le chantier « parrainages » est longtemps resté en sommeil et a été repris par Laurence Zeiter. C’est un dossier où il est très difficile de rétablir les contacts et où il a été nécessaire de redéfinir notre action en fonction de l’évolution même de la notion de parrainage. Merci à Laurence.

En Asie.
Aux Philippines:

A Boljoon:
Nous poursuivons notre aide au projet d’accompagnement scolaire et de jardin coopératif: ACTFREE FARMER’S ASSOCIATION.  La vente des terrains a été actée. Les terrains sont cultivés. Une cinquantaine de familles y travaille. Ricardo Venan a amélioré la maison .

Laurence est en contact quasi permanent avec Ricardo et veille à une utilisation rigoureuse des fonds envoyés. Il a touché environ 1042€ de subvention de ressources locales. Donc il trouve également d’autres ressources que TSF.

A Mandaue:
L’installation d’une section d’apprentissage spécialisée, et en particulier d’une machine à imprimer des bâches et des toiles de tente armées se poursuit lentement. Delia Minoza nous fait parvenir peu à peu des justificatifs des dépenses réalisées.

Au Népal:
– Nous poursuivons notre collaboration avec Écoliers du Toit du Monde et Aurore Archetti-Lefrançois. Notre projet d’école a été bouleversé par le violent séisme qui a frappé le pays en avril dernier.

En attendant de pouvoir reprendre le chantier de l’école, Aurore propose une aide qui ne nécessite pas d’infrastructure lourde pour aider les familles : l’achat d’animaux. (une vache 150 euros, une chèvre 75 euros). Nous avons consacré notre vente d’automne 2015 à ce projet.

– Nous avons fait parvenir une aide urgente à l’ami d’une collègue, Tulsi, guide touristique qui s’est investi dans l’acquisition de matériel de première nécessité.

– Enfin, nous avons contribué à la reconstruction d’une école par l’association SOLHIMAL.

Au Vietnam nous continuons à soutenir les aveugles accueillis à Dong Ha dans la maison des sœurs amantes de la Croix sous la houlette de sœur Anne-Marie.

Remarque  de Paulette Helbert : Aurore Archetti va au Népal en février

En Amérique

Au Brésil:
A Rio, nous aidons mensuellement l’association Casa d’Arvore dont Cristina Cambas a rencontré les membres sur place. Ils organisent deux fois par mois des permanences d’accueil social dans la salle d’attente d’une maison de santé. (Merci Cristina)
– Notre concert de novembre 2014 a permis aux soeurs Hausser et Kruch d’apporter une aide de 6000€ aux paysans sans terres du Tocantins.

En Haïti, les dons recueillis après les obsèques du Pope et le bénéfice de notre fête des fleurs et des boutures des 25 et 26 avril derniers contribueront à la construction et surtout au fonctionnement, sur les hauteurs de Port au Prince, d’un foyer pour enfants abandonnés sous la responsabilité de Francis Turnier, neveu de Soeur Thérèse et président de l’association ALRAFEX, qui, avec un groupe de religieux, continue l’œuvre de Sœur Thérèse

Le concert d’hommage au Pope, organisé par les chorales A Croches Choeur et Arpège en collaboration avec les Amis de la Dîmière de Hipsheim est venu alimenter le même projet. Qu’ils soient vivement remerciés ici.

Au Mexique, à Oaxaca: le soutien à la Sierra et aux étudiants indiens et leurs familles se poursuit malgré les difficultés liées à la situation chaotique du pays.

Au Pérou, nous avons bien soutenu Agnès Friant pour Altiplano à Lima où elle gère un centre d’accueil périscolaire une bibliothèque, une ludothèque et organise des ateliers de travaux manuels et des campagnes de solidarité.

C’était l’objet des dons et de l’organisation de notre concert de cette année: merci à François Fuchs, à la chorale de Herrlisheim, au quatuor Foulitchay et à Tosca.

Remarque de Cristina Cambas : l’action à Rio se développe très bien – de plus en plus de personnes viennent au centre  –  l’association est reconnaissante à TSF.

Remarque: La Sierra ne s’est pas arrêtée en 2015, mais continue son activité.

Décès du Pope

TSF a organisé les obsèques à la cathédrale puis à Hipsheim, ainsi qu’en partenariat avec les amis de la Dîmière, l’office du 25 avril et le pique-nique à Hipsheim, l’office commémoratif et le pique-nique du 25 octobre. Un grand merci à Etienne Helbert qui nous a si bien épaulés.

Nous avons également organisé la vente des livres du Pope.

Nous gérons notre occupation des locaux du presbytère rendue possible grâce à la bienveillance du conseil de fabrique de la paroisse St Georges de Hipsheim qui nous dispense de payer un loyer et où nous contribuerons aux charges et à l’entretien avec les autres utilisateurs des lieux.

Vous voyez donc que notre association a continué d’exister malgré l’épreuve qui nous a frappés. Elle continuera d’autant plus sûrement que nous saurons rester mobilisés, confiants et créatifs.

Preuve en est la sortie conviviale qui a pu se dérouler au Donon le 28 juin sous la houlette d’Arnold Kientzler et dont vous trouverez la chronique et les images sur notre site.

Merci pour votre attention, la parole est à présent au trésorier pour la traduction financière de toute cette activité.

  1. III.           Rapport financier (par Joseph Burckel)

 

Comptabilité du 1er juillet 2014  au 30 juin 2015

Bilan général :

– Recettes :      216 497,66 €

– Dépenses :    127 296,36 €

– Solde:           89 201,30 €

RAPPORT-FINANCIER-Diapos-AG-2015 en PDF

 

Quelques remarques : plus de 100 000 € d’aides, plus de 160 000 € de dons et collectes

Cette année, davantage de dons avec affectation (45%)

Cette année, suite au décès du Pope, les dons furent encore plus nombreux, accompagnés souvent d’encouragements et de mots sympathiques pour que TSF continue.

Pour une année normale : 400 à 500 reçus sont envoyés. Cette année : 734 reçus !

Questions – remarques – suggestions :

– André Sprauel : il est parfois difficile d’obtenir un retour suite à une aide ; c’est un travail assez pesant et difficile (par exemple à Mandaue). Il faudrait nous répartir les différents pays pour assurer un suivi plus précis.

– Gaby Osswald : la vocation première des gens qui interviennent sur le terrain n’est pas de faire de l’administratif. Il faut faire confiance à des gens que nous connaissons de longue date.

– Réponse d’André : Oui, mais vu les sommes que nous avons, il faudrait bientôt nommer des réviseurs  aux comptes assermentés. Nous devons rester prudents.

– Joseph Fullsack : le don pour les gros projets se fait-il sans contrepartie ? N’y a-t-il aucun contrat préalable ? Sommes-nous associés à l’élaboration du projet ?

– Réponse d’André : Aux Philippines, par exemple, le bailleur et les acteurs sur place ont travaillé ensemble (Children Center à Cebu, puis projet de Ricardo Venan). C’est souvent très complexe : pour l’achat des terrains, Ricardo a dû créer une association sur place.

– Mireille Kormann  (Association « Esperanza ») Le père Stirnemann (à Konacry en Guinée : foyer d’accueil des enfants de la rue) envoie-t-il des reçus de Kephas Colombe ? Sommes-nous couverts  en cas de contrôle?

– Réponse d’André   : Non, mais il envoie de longs comptes rendus très poétiques.

– Mireille Kormann : Un travail formidable est pourtant réalisé sur place

– Robert Eiler : Avons-nous une idée des fonds de réserve de TSF ?

– Réponse d’André : Oui, nous lançons même un appel à projets.

– Paul Helbert : Le Pope était prudent, mais, comme un électron libre, il donnait tout azimut. Il nous faudra suivre une ligne de conduite plus concertée.

  1. IV.           Rapport des réviseurs aux comptes (exposé par Philippe Gorvan)

Philippe Gorvan et Patrick Weniger soulignent qu’un grand travail de vérification a été fait.

Ils ont constaté que l’ensemble est remarquablement bien tenu, que le travail réalisé est  très important, tant  en qualité qu’en quantité. Ils proposent de donner quitus au trésorier et une salve d’applaudissements.

Nomination des réviseurs aux comptes pour l’an prochain :

Philippe Gorvan et Patrick Weniger se proposent.

Jusqu’à présent, deux personnes avaient le pouvoir pour signer les chèques : Joseph Burckel et le Pope.

Il nous faut élargir cette responsabilité : Lucienne Ketterlin et Alain Riess seront désormais les deux nouveaux signataires.

  1. V.               Vote des rapports et proposition du nouveau Conseil d’administration

Rapport d’activité : voté à  l’unanimité moins une abstention

Rapport financier : voté à  l’unanimité moins une abstention

Vote du nouveau Conseil d’administration :

Les sortants se représentent. Deux nouveaux candidats se présentent : Gaby Osswald et Michel Cambas.

Vote à l’unanimité moins deux abstentions

Compte rendu de la précédente assemblée générale: approuvé à l’unanimité.

  1. VI.           Divers

– Marthe Schneider : demande que les personnes présentes à l’AG s’investissent pour le marché de Noël. Il n’y a que deux dimanches cette année (ce serait mieux de rester plus d’une heure).

– Paulette Helbert : rappelle qu’à Obernai, le marché de Noël se tient du 28/11 au 4/12 au pied du beffroi.

– Etienne Helbert (nouveau curé du secteur regroupant 5 paroisses) se présente. Il va faire un binage (presbytères de Hispheim et de Nordhouse occupés)

– Visionnage d’une vidéo sur Boljoon aux Philippines, envoyée par Ricardo Venan

– Quelques photos montrées par Paul du concert du 11 novembre 2015

– Isabelle Misme rappelle la possibilité de faire une exposition des photos du Pope (promotion des Normaliens depuis les années 1950). C’est un travail considérable de retrouver les noms des personnes, de scanner les documents,…

Clôture de l’Assemblée Générale à 19h15

André Sprauel                                                     Michèle Lienhart

     Président                                                                   Secrétaire

Sortie TSF Niedermunster-Ste Odile Dimanche 22 juin 2014

Très beau temps

 

Participants

 

Barth Adrienne et époux

Martzloff Andrée

Lecomte Gilbert

Gachot Baltzinger Anne

Schneider Marthe et Robert

Blum Liliane et Jean Paul

Martinello Emilie

Monique Boos

Schillinger Luc et fils

Helbert Paulette et Paul

Laurot Agnès

Kientzler Arnold et Marguerite

 

8h30 : RV au Ste Odile pour récupérer la clé du site. M Mas m’accompagne pour faire sauter l’ancien cadenas afin de le remplacer par un neuf qui correspond à la clé…

 

9h00 : arrivée des participants au parking du site, dont notre illustre guide et historien Arnold Kientzler accompagné de son épouse Marguerite.

 

9h15 : après une brillante introduction, la visite des ruines de l’abbaye débute et Arnold nous fait découvrir la structure des bâtiments. A l’aide de documents, il nous permet de nous faire une idée de la taille du monastère, rival de celui du plateau d’où nous surveille la statue de la sainte.

 

Vers 11h15, nous bouclons le cadenas et prenons le chemin qui nous mène jusqu’à la source. (dénivelé : 260 m). Petit ravitaillement en eau fraiche, lavage des yeux pour ceux qui espèrent une meilleure vue et nous filons jusqu’au porche du monastère du haut.

Nous sommes rejoints par Monique et nous récupérons Paulette au parking 2.

 

12h30 : La petite troupe prend le sentier qui mène au grand pré et s’installe confortablement entre soleil et ombre pour un pique-nique royal joyeusement animé par les amusantes et espiègles interventions de Jean-Paul.

 

14h00 : départ pour une découverte très intelligemment documentée du mur païen nord. Nous longeons la corniche et passons devant le Stollhafen avant de rejoindre les ruines du château imposant du Hagelschloss. Nous en faisons le tour pour admirer sa situation perchée et ne manquons pas d’admirer la superbe arcade qui relie deux monstrueux rochers en grès. Bravo aux acrobates qui n’ont pas hésité à se lancer dans des sentiers chaotiques…

Nous longeons le mur païen remarquablement conservé tout en cueillant quelques myrtilles par-ci par-là. Petit arrêt à la porte Koeberlé, au rocher St Nicolas et au rocher Robert Forres.

Nous remontons vers le parking et quittons ceux qui avaient prévus d’y récupérer leur voiture.

Le groupe réduit mais déterminé amorce la descente vers Niedermunster. Nous bouclons notre périple à 18h00.

Belle journée en fait. Merci à tous ceux qui ont pu y participer.

 

Cordialement

Paul et Paulette

Nos statuts

TERRE SANS FRONTIERE

Statuts

Article 1er

I. Objet et composition

L’association dite « TERRE SANS FRONTIÈRE », créée en 1963 et fondée le 8 mars 1975 est une association à but non lucratif.

Ses buts sont :

 soutenir moralement et matériellement toute personne physique ou groupe dans le besoin et les accompagner ainsi vers plus d’autonomie et de dignité.

 maintenir et élargir des liens d’amitiés

 créer et animer des groupes de recherche et de réflexion.

Sa durée est illimitée.

Elle a son siège au

7 Rue de Sessenheim
67000 STRASBOURG

Elle est régie par les articles 21 à 79 du code civil local.

Elle sera inscrite au registre des associations du Tribunal d’Instance de STRASBOURG

Article 2

Les moyens d’actions de l’association sont :

 la création de groupes de travail cherchant à confectionner des objets en vue des buts précisés à l’article 1

 la constitution de groupes de recherche culturelle et spirituelle

 l’organisation et la mise sur pied de kermesses, soirées, tombolas, bals, concerts,

 la réalisation d’actions à but humanitaire. Lorsque Terre sans Frontière entreprend des actions communes avec d’autres associations, elle garde sa souveraineté. Aucune personne physique ou morale ne peut se servir de Terre sans Frontière à ses propres fins

 la publication d’un bulletin de liaison, l’organisation de voyages visant à maintenir ou créer des liens d’amitié entre les différents membres et sympathisants.

Article 3

Les membres :

L’association se compose de
– membres actifs (personnes physiques ou morales),
– membres donateurs,
– membres sympathisants,
– membres de droit

Pour être membre actif, il faut :
– adhérer aux présents statuts,
– avoir participé aux activités de l’association depuis la dernière assemblée générale

Pour être membre donateur, il faut avoir effectué un don.

Pour être membre sympathisant, il faut soutenir moralement l’association.

Sont membres de droit : M. René-Xavier NAEGERT.
La qualité de membre de droit est accordée à l’unanimité par le conseil d’administration.

Nul ne peut se prévaloir à titre personnel de sa qualité de membre dans une manifestation, sans avoir été mandaté par le conseil d’administration.

Article 4

La qualité de membre se perd par .
– démission,
– radiation prononcée par le conseil d’administration pour motif grave.
Les membres exclus seront invités au préalable à fournir des explications.
Le membre exclu aura le droit de recours non suspensif à l’assemblée générale.

Article 5

II. Administration et fonctionnement

1. L’Assemblée générale

L’assemblée générale comprend les membres définis à l’article 3.
Elle se réunit au moins une fois par an sur convocation du président.
Son ordre du jour est établi par le conseil d’administration.
Les convocations sont faites par le bulletin de liaison au moins 10 jours avant la date fixée.
Les convocations devront comporter l’ordre du jour.
Son bureau est celui du conseil d’administration.
Les délibérations ne sont valablement prises que sur les questions mises au préalable à l’ordre du jour.

Article 6

Les délibérations sont prises à la majorité absolue des membres présents.
Les délibérations seront transcrites sur un registre spécialement tenu à cet effet et publiées dans le bulletin de liaison.
Article 7

L’assemblée générale :

– vote le rapport moral, le rapport financier,
– élit les membres du conseil d’administration,
– délibère sur les questions mises à l’ordre du jour,
– désigne, en dehors du conseil d’administration, deux réviseurs aux comptes,
– décide des modifications de statuts.

Article 8

Sont électeurs tous les membres cités à l’article 3.

Article 9

Une assemblée générale extraordinaire peut être convoquée par le président ou sur demande écrite de 25 de ses membres dont au moins 13 membres actifs.

Article 10

2. Le conseil d’administration

L’association est administrée par un conseil d’administration composé de 9 à 18 membres élus par l’assemblée générale et de membres de droits.

Sont éligibles, les membres, actifs depuis l’Assemblée Générale précédente au moins.
La moitié des membres élus doit être majeure et jouir de ses droits civils et politiques.

Le mandat des membres élus au conseil d’administration est de 3 ans.
Le conseil d’administration est renouvelable par tiers tous les ans.

Pour les trois premières années, les sortants sont tirés au sort lors de la réunion du conseil d’administration qui précède le première assemblée générale.

Les membres sortants sont rééligibles.

En cas de vacance d’un poste au conseil d’administration , les membres de ce dernier peuvent procéder à son remplacement en désignant un membre par cooptation. La durée du mandat du membre coopté est celle du membre remplacé.
La prochaine assemblée générale procédera au remplacement définitif.

Article 11

Le conseil d’administration est chargé de l’exécution des décisions de l’assemblée générale.

Il est tenu procès-verbal des délibérations, transcrit sur un registre spécialement tenu à cet effet, et signé par le président et le secrétaire.

Les délibérations sont prises à la majorité absolue des membres présents, et, sur les questions mises au préalable à l’ordre du jour.

Article 12

Le conseil d’administration se réunit au moins trois fois par an et chaque fois qu’il est convoqué par le président ou sur demande de 2/3 de ses membres.

Article 13

Les membres du conseil d’administration ne peuvent recevoir aucune rémunération en cette qualité ni en qualité de membre du bureau.

Article 14

3. Le bureau

Le conseil d’administration élit en son sein, et pour un an, un bureau composé de trois membres au moins (président, vice président(s), secrétaire, secrétaire adjoint, trésorier, trésorier adjoint), choisis parmi ses membres majeurs.

Le président ordonnance les dépenses.
Il représente l’association dans tous les actes de la vie civile.

Le secrétaire tient les procès-verbaux des délibérations, met à jour la liste des membres.

Le trésorier tient, au jour le jour, une comptabilité denier et, éventuellement matière.

Article 15

Les collaborateurs éventuellement rétribués par l’association peuvent assister aux réunions de l’assemblée générale, du conseil d’administration ou du bureau avec voix consultative.

Article 16

4. Les ressources

Les ressources de l’association se composent de :
– dons et legs
– ressources créées à titre exceptionnel conformément aux réglementations en vigueur.

Article 17

III. Modification des statuts

Les statuts ne peuvent êtres modifiés que sur proposition du conseil d’administration ou de la majorité absolue des membres dont se compose l’assemblée générale.

Cette proposition devra être soumise, par écrit, au conseil d’administration au moins 60 jours avant l’assemblée générale.

Article 18

Les modifications des présents statuts seront décidées par une assemblée générale ordinaire. La majorité de 3/4 des membres présents sera nécessaire.
Pour une modification des buts, l’accord de tous les membres présent est exigé.
Article 19

IV. Dissolution

La dissolution de l’association est prononcée par une assemblée générale extraordinaire spécialement convoquée à cet effet.
La dissolution ne pourra être décidée qu’à la majorité des trois quarts des membres présents.

Article 20

En cas de dissolution, l’actif restant ne pourra , en aucun cas être réparti entre les membres.
L’actif restant sera attribué à une association (éventuellement agréée), poursuivant des buts similaires.

Article 21

Le Président de l’association fera connaître dans les 3 mois au Tribunal d’Instance tout changement survenu dans l’administration ou la direction de celle-ci, ainsi que les modifications des statuts ou la dissolution.

Fait à STRASBOURG, le 31 janvier 2012

Le Président: André SPRAUEL

PUBLICATION DU LIVRE ILLUSTRE: Alipio un enfant des Philippines

Suite à son séjour au TSF Children’s Center à Cebu durant l’été 2011, Laurence Zeiter, membre du CA de Terre sans Frontière a conçu un petit livre illustré qui  donne une idée de la condition et des rêves des enfants Philippins que nous soutenons.

Même si le centre de Cebu a entre-temps fermé ses portes (en avril 2013) nous continuons de soutenir un projet d’accompagnement d’enfants  à Boljoon (90km au sud de Cebu). Ce projet est encadré par Ricardo Venan, un ancien pensionnaire puis administrateur  du Children’s Center.

Par ailleurs TSF soutient également dans un grand lycée à Cebu une section d’éducation spécialisée, le « Mandaue scholl SPED ».

Le document associé à cet article vous propose une présentation du livre ainsi que les modalités d’acquisition. 2013 12 Livre Laurence présentation

Vous trouverez également quelques exemplaires à acheter lors de nos ventes de printemps et d’automne.

La totalité des bénéfices sera remis à des familles nécessiteuses de Cebu lors du prochain séjour de Laurence prévu cet été 2014.

Merci de lui faire bon accueil.